Message de la Présidente

Chers membres du CECA,

Me voici donc présidente du CECA après tant d’années d’activités diverses en son sein. Je le prends comme un honneur mais aussi comme une responsabilité importante.

Je voudrai tour d’abord saluer l’activité du Bureau précédent qui, sous la direction de Mila Chiovatto , outre les activités traditionnelles du CECA, en a fait progresser de manière importante l’organisation intérieure. Qu’ils en soient tous ici remerciés.

Sur ces bases solides et aidée d’un bureau à la fois d’âges, d’expertises, d’origines et de langues diverses, je souhaiterais orienter, avec votre aide, l’activité de notre comité dans plusieurs directions prioritaires :

  • La communication en direction des membres devra être renforcée de deux manières complémentaires :
  1. Par une nécessaire mise à niveau des listes de membres, insuffisamment mise à jour par le secrétariat de l’ICOM et qui devra être rapprochée au cas par cas des listes établies par les comités nationaux. Notre réseau de correspondants nationaux renforcera encore, par ce biais, son utilité.
  2. Par le biais d’un site web renouvelé et réactif, d’une présence encore augmentée sur les réseaux sociaux, de l’envoi pluriannuel de lettres d’information. L’ensemble des informations fournies devront être systématiquement offertes dans les trois langues officielles de l’ICOM, une tâche importante mais essentielle à l’inclusion de tous.
  • La participation active du réseau des membres sera sollicitée de diverses manières :
  1. Par l’évolution du format de nos rencontres annuelles vers un mode plus interactif favorisant échanges et témoignages et reportant les ateliers traditionnels de pré-conférence au sein même de la conférence en les ouvrant ainsi à tous.
  2. Par la constitution progressive de « Groupes d’intérêts particuliers », décidant chacun, autour d’un coordinateur volontaire, d’un travail sur le moyen terme autour d’une thématique commune, donnant lieu à des comptes rendus au cours de la conférence annuelle.
  3. Par une attention particulière portée à la formation professionnelle du réseau des membres, au-delà de la simple information, renforçant les liens déjà initiés entre recherche expérimentale et compétences professionnelles. Les candidats au Prix Best Practice seraient, par exemple, encouragés à venir affiner leurs outils d’évaluation de leurs programmes au cours d’ateliers lors de la conférence annuelle. Le nombre d’ateliers régionaux serait augmenté et orienté vers le développement de compétences structurantes en éducation muséale.
  • Le soutien à la reconnaissance des compétences du personnel d’éducation au sein des musées, encourageant sa participation à l’élaboration des expositions et agissant par tous les moyens possibles pour une amélioration des statuts professionnels des éducateurs de musée.

J’ai conscience que ce programme est ambitieux mais suis persuadée qu’il correspond au souhait des membres du CECA et qu’il peut être porté par la très belle équipe qui vient de se constituer et par le dynamisme du réseau.

Vive les musées, vive l’éducation qu’ils procurent, vive les professionnels qui s’y dévouent !

Marie-Clarté O’NEILL
Présidente du comité international ICOM CECA
Septembre 2019